La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Surélévation d’une maison : quelles sont les règles à suivre pour l’installation électrique ?

Publié le 12 décembre 2018

La surélévation d’une maison est une solution avantageuse pour gagner en surface habitable. Décloisonnée avec la loi Alur et la suppression du COS (coefficient d’occupation des sols), cette opération comporte néanmoins son lot de spécificités, aussi bien administratives que techniques. En matière d’installation électrique, certaines dispositions sont notamment à prévoir pour raccorder correctement le nouvel étage. Promotelec vous explique la marche à suivre.

L’extension horizontale d’une maison est un exercice complexe mais intéressant pour les propriétaires désireux de gagner en espace et en confort de vie sans pour autant disposer d’une surface au sol suffisante pour agrandir leur bien. Au-delà d’ajouter des mètres carrés, la surélévation d’une maison est également l’occasion d’améliorer son confort thermique, en renforçant l’isolation au niveau de la toiture.

Dans le cas d’une intervention dans une maison existante, pour la réalisation de l’installation électrique d’un étage nouvellement construit, plusieurs points d’attention sont à considérer :

  • conserver l’accès aux connexions existantes avec la création du nouvel étage ;
  • déplacer les boîtes de connexion pour rendre l’installation électrique accessible ;
  • déplacer et modifier les conduits de ventilation pour les intégrer au nouvel étage ;
  • reprendre tout le réseau de gaines électriques afin de les intégrer dans la nouvelle structure ;
  • créer de nouveaux circuits électriques à partir du disjoncteur ;
  • s’il n’y a pas de place au niveau du tableau existant pour ajouter un tableau supplémentaire, il faut créer une ligne qui alimente un nouveau tableau à l’étage concerné.

Quel contrôle ?

L’intervention ne nécessite pas d’attestation de conformité délivrée par le Consuel car le point de livraison n’est pas modifié.

Quelle réglementation ?

La loi du 24 mars 2014 pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi Alur, a modifié de nombreuses dispositions concernant l’habitat et sa construction en particulier. Parmi elles, la suppression du COS est entrée en vigueur dans les communes couvertes par un PLU (plan local d’urbanisme), mesure décidée pour libérer le potentiel à surévaluer des bâtiments existants, cela dans la limite de ce que permet le PLU concerné.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur