La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

La recharge des véhicules électriques

Publié le 04 juin 2019

Au 31 décembre 2018, plus de 163 000 véhicules légers électriques ont été immatriculés en France depuis le lancement du marché en 2010, selon l’Avere (1). Porté par le Grenelle de l’environnement et la loi de transition énergétique pour la croissance verte, le secteur continue de se développer et avec lui, celui des infrastructures de recharge des véhicules électriques (IRVE) dans lequel sont mobilisés les installateurs de la filière électrique.

Article publié le 13 octobre 2017 - Mis à jour le 04 juin 2019

Dans le cadre du nouveau contrat stratégique de la filière automobile (présenté le 22 mai 2018), la France vise une multiplication par cinq des ventes de véhicules 100 % électriques d'ici 2022 et l'atteinte de 600 000 véhicules électriques en circulation et 400 000 véhicules hybrides rechargeables.

Cet objectif s’accompagne d’une volonté d’arriver à équiper le parc d’un réseau de 100 000 bornes en 2022, soit une pour dix véhicules électriques en circulation.

Les infrastructures de recharge des véhicules électriques représentent donc un enjeu de taille pour que la nouvelle flotte zéro émission puisse se développer dans des conditions essentielles à son bon fonctionnement.

Modes de charge

La batterie d’un véhicule électrique peut stocker environ 25 kWh. Le décret du 12 janvier 2017 ainsi que l’arrêté du 13 juillet 2016 modifié par l’arrêté du 3 février 2017, définissent les deux principaux paliers de recharge :

PuissanceAlimentationTensionIntensitéDurée (*)Type de charge
2 kWMonophasée230 V8 A> 12hNormale
3,7 kWMonophasée230 V16 A7-8 hNormale
7,4 kWMonophasée230 V32 A3-4 hNormale
11 kWTriphasée400 V16 A2-3 hNormale
22 kWTriphasée400 V32 A1-2 hNormale
43 kWTriphasée400 V63 AEnv. 30 mnRapide
50 kWContinue500 V100 à 125 AEnv. 30 mnRapide

La recharge normale est le mode à adopter la plupart du temps, surtout sur les places de stationnement dit « principal » (garage privé individuel, parking de copropriété, etc.), où les voitures sont à l’arrêt longtemps et ont ainsi l’occasion de recharger complètement leur batterie.
La recharge rapide convient davantage à des stationnements de courte durée et des besoins de recharge d’appoint.

Types de prises associées

Le décret du 12 janvier 2017 retient les standards européens en matière de prises à installer sur les bornes de recharge en France.

Pour la recharge normale, l’installateur devra utiliser « une prise de courant de type 2 ou un connecteur de type 2, tels que décrits dans la norme NF EN 62196-2 » ; sauf pour « les dispositifs utilisés pour la recharge d'un véhicule électrique d'une puissance inférieure ou égale à 3,7 kW dont la fonction principale n'est pas de recharger des véhicules électriques et qui ne sont pas accessibles au public » qui seront alors simplement équipés d'un socle de prise de courant supportant la recharge des véhicules électriques.

Si le point de recharge est rattaché au point de livraison électrique d’un bâtiment, le décret impose d’équiper le point de recharge d'obturateurs de sécurité.

Pour la recharge rapide, depuis le 1er janvier 2017, toute installation de recharge électrique doit disposer d’un connecteur de type Combo2 en courant continu et de connecteurs de type 2 en courant alternatif.
De plus, les points de recharge rapide installés ou changés depuis le 1er janvier 2017 doivent également être équipés d’un connecteur CHAdeMO en courant continu, une obligation fixée jusqu’au 24 décembre 2024.

(1) Association nationale pour le développement de la mobilité électrique.

Pour aller plus loin

L'Officiel de l'Electricité - Installations électriques bâtiments d'habitation existants

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur