La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Mise en œuvre de l’éclairage très basse tension

Publié le 03 novembre 2017 - Modifié le 17 novembre 2017

En matière d’éclairage à très basse tension, le guide UTE C 15-559 précise que seule la très basse tension de sécurité (TBTS) est admise. Choix des matériels et mise en œuvre des protections relèvent de règles spécifiques, notamment dans le cas de LED alimentées par convertisseurs.

Généralement implanté dans une pièce d’eau, mais aussi dans les surfaces de vente, afin d’accentuer l’éclairage, le concept de la très basse tension doit faire l’objet de précautions particulières en matière de choix et de mise en œuvre, afin de garantir la sécurité des utilisateurs et la performance de l’installation.

Éclairage à très basse tension : seule la TBTS est admise

La TBT correspond à une tension inférieure à 50 V en courant alternatif ou à 120 V en courant continu, sachant, par ailleurs, que les différentes catégories de TBT (voir encadré) ne répondent pas aux mêmes besoins.

La TBTS et la TBTP (très basse tension de protection) ont comme caractéristique commune de mettre en œuvre une source qui rend improbable tout défaut entre le circuit primaire (BT) et le circuit secondaire (TBT).

Cette source, qui peut être un transformateur ou un convertisseur, est dite « de sécurité » : elle s’identifie grâce à un pictogramme particulier apposé sur le matériel. Transformateurs et convertisseurs doivent comporter un dispositif de protection incorporé qui ouvre le circuit en cas de surintensité. En TBTP un point du circuit secondaire peut être relié à la terre, alors qu’en TBTS, aucun point du circuit secondaire n’est relié à la terre. En matière d’éclairage à très basse tension, seule la très basse tension de sécurité (TBTS) est admise.

Quelles protections ?

Examinons successivement, pour une installation d’éclairage en TBTS, la protection des personnes contre les chocs électriques (contacts directs et indirects) et la protection des circuits contre les surintensités.

Protections contre les chocs électriques

En TBTS, la protection contre les contacts directs est nécessaire pour les circuits dont la tension est comprise entre 25 et 50 V (en courant alternatif) et entre 60 et 120 V (en courant continu). Cette protection n’est donc pas nécessaire avec une tension de 12 V habituellement mise en œuvre pour l’éclairage. La TBTS constitue dans tous les cas une mesure de protection contre les contacts indirects.

Tableau 1 - Protection contre les contacts directs  
Tension alternative U ≤ 25 25 < U ≤ 50
Tension continue U ≤ 60 60 < U ≤ 120
TBTS / protection contre les contacts directs Non nécessaire Nécessaire


Source : extrait du tableau 41B de la norme NF C 15-100

Protection contre les surintensités :

Circuit primaire

De façon générale, le circuit primaire doit être protégé contre les surcharges et les courts-circuits. Cependant, il faut savoir que dans le cas de transformateurs, le courant magnétisant généré risque de faire déclencher de façon intempestive les disjoncteurs divisionnaires. Pour éviter cela, il convient de mettre en œuvre un disjoncteur divisionnaire :

  • de type C pour un transformateur de puissance ≤ 450 VA ;
  • de type D (insensible aux courants magnétisants) au-delà de cette puissance.

Mais dans le cas particulier de lampes LED alimentées par convertisseurs, il n’est pas nécessaire de prévoir une protection contre les surcharges du circuit primaire. Seule une protection contre les courts-circuits est requise.

Précisons aussi que des lampes halogène TBT en fin de vie risquent de faire déclencher les dispositifs de protection : elles peuvent en effet provoquer des surcharges pendant plusieurs heures atteignant jusqu’à 2 fois leur courant normal de fonctionnement.

Circuit(s) secondaire(s)

Au secondaire, dans le cas d’un transformateur ou d’un convertisseur alimentant un seul appareil d’éclairage, aucun dispositif de protection contre les surcharges n’est en principe requis. La protection contre les courts-circuits du circuit secondaire est assurée par le dispositif incorporé dans le transformateur ou le convertisseur, à condition que le circuit mesure moins de 2 m de longueur. En revanche, si le circuit secondaire mesure plus de 2 m, un dispositif de protection externe contre les courts-circuits doit être ajouté à son origine.

Si le transformateur ou le convertisseur alimente plusieurs circuits secondaires, les règles ci-dessus s’appliquent pour chaque circuit secondaire pris individuellement.

Dans le cas de lampes LED alimentées par convertisseurs (avec un ou plusieurs circuits secondaires), la protection contre les surcharges et les courts-circuits de chaque circuit secondaire est assurée par le dispositif de protection interne au convertisseur, dans l’hypothèse où la longueur de ce circuit est inférieure à 2 m. Pour des longueurs de circuits secondaires supérieures à 2 m, une étude doit être réalisée par le fabricant.

Choix des composants et mise en œuvre

Une installation d’éclairage TBT fait l’objet de précautions de mise en œuvre particulières, afin de préserver la sécurité des personnes et des biens et de garantir la facilité d’accès aux équipements pour la maintenance.

Chutes de tension

Du fait du faible niveau de tension, l’intensité parcourant le circuit secondaire est relativement élevée. Dans le cas de lampes à filament, la chute de tension ne devait pas être supérieure à 5 %, soit 0,6 V pour une lampe TBTS de 12 V. En conséquence, pour une section et un courant donnés côté secondaire, la longueur L du circuit devait rester limitée. Ainsi, pour un circuit secondaire de section 1,5 mm² cuivre alimenté par un transformateur de 100 VA (8,33 A), on obtient L ≤ 2,4 m. Aujourd'hui, la généralisation des lampes LED permet de réduire l'intensité appelée et les risques d'échauffement. Il faut cependant rester prudent quant à la somme des puissances appelées.

Réduction de section

Exceptionnellement pour les convertisseurs qui alimentent des LED, le Guide UTE C 15-559 autorise une réduction de la section des conducteurs à 0,5 mm² (pour un courant maximum de 8,5 A).

Précautions de cheminement

Le circuit TBTS doit présenter une isolation double ou renforcée vis-à-vis des autres circuits basse tension. Cela signifie que les conducteurs électriques d’un circuit TBTS doivent être mis en œuvre dans des conduits distincts de ceux occupés par des circuits BT.

Conducteurs haute température

Les liaisons entre luminaires et transformateurs doivent résister à une température de 170 °C.

Accessibilité du transformateur

D’une façon générale, le transformateur ou le convertisseur doit rester accessible :

  • dans le cas d’un faux-plafond démontable, le transformateur doit être installé sur une partie fixe du faux-plafond ;
  • si le faux-plafond n’est pas démontable et que l’alimentation ne concerne qu’un seul appareil d’éclairage, le transformateur est considéré comme accessible par l’orifice destiné à recevoir l’éclairage. En revanche, si plusieurs appareils d’éclairage sont alimentés, l’installation doit obligatoirement comporter une trappe d’accès.

Nature des matériaux en contact/surface d'appui

Le montage de lampes LED est :

  • interdit au contact de matériaux de catégorie M4 (c’est-à-dire facilement inflammables) ;
  • autorisé au contact de matériaux de catégorie M1, M2 et M3, à condition que la température de fonctionnement des LED reste inférieure à 90 °C ;
  • est autorisé en toutes circonstances au contact de matériaux de catégorie M0 (métal, plâtre, verre, béton...) même si la température de fonctionnement des LED est supérieure à 90 °C.

© Feilo Sylvania

Arrêt de traction

Il convient d’installer des dispositifs d’arrêt de traction à chaque extrémité des conducteurs du circuit secondaire afin d’éviter toute déconnexion électrique accidentelle en faux-plafond.

Pose et collage des conducteurs

Le mode de pose de conducteurs isolés par collage direct sur des parois est admis sous réserve que le circuit secondaire (câblage et LED) soit installé dans un local ou emplacement pour lequel les conditions d’influences externes sont considérées comme normales par la norme NF C 15-100 (cas des installations domestiques), à condition d’être inaccessibles au toucher. La colle doit être compatible avec l’isolant des conducteurs.

La TBT et ses pictogrammes

Ce pictogramme montre les enroulements primaire et secondaire d’un transformateur conforme à la norme NF EN 61558-2-6. La barre horizontale symbolise la séparation des circuits. L’enveloppe en forme d’écusson signifie que le transformateur est une source de sécurité. Le carré indique que ce transformateur résiste aux courts-circuits par dispositif de protection incorporé. Conformité obligatoire à la norme NF EN 61558-2-6 (NF C 52-558-2-6).

Ce pictogramme est le symbole générique d’un convertisseur. Pour l’éclairage en TBTS, les convertisseurs pour lampes doivent être conformes à la norme NF EN 61347-2-2 et les convertisseurs pour LED aux normes NF EN 61347-2-13 et NF EN 62384. Ils doivent comporter un dispositif de protection incorporé contre les surintensités, être de classe II et porter le marquage TBTS (ou SELV).

Lexique

  • BT : basse tension. En courant alternatif, la BT s’étend de 50 à 1 000 V.
  • TBTS : très basse tension de sécurité.
  • TBTP : très basse tension de protection. A la différence de la TBTS, en TBTP, un point du circuit secondaire est relié à la terre.
  • TBTF : très basse tension fonctionnelle. Elle ne répond ni aux règles de la TBTS, ni aux règles de la TBTP. Comme son nom l’indique, elle n’est que fonctionnelle et ne présente aucune garantie de sécurité. De ce point de vue, elle est assimilable à la BT. Il y a continuité du conducteur de protection entre les circuits primaires et secondaires.

Un guide UTE pour en savoir plus

Le guide UTE C15-559 "Installations électriques à basse tension - Guide pratique - Installation d'Éclairage en Très Basse Tension" de novembre 2006 définit les conditions d'installation d'éclairage TBT pour une puissance maximale de 300 VA. Il précise les règles de protection contre les chocs électriques et contre les surintensités. Il traite également des conditions d'environnement et des précautions à prendre pour éviter les échauffements nuisibles. Ce guide s'applique aux installations d'éclairage TBT constituées de luminaires équipés de sources lumineuses (lampes fluorescentes, LED) et aux installations d'éclairage TBT constituées de LED alimentées par convertisseur.

Par mail
Nos coordonnées

Association Promotelec, Tour Chantecoq,
5 rue Chantecoq
92808 PUTEAUX CEDEX

Vous êtes journaliste, contactez :
Luce Jolivet / Tél. 01 41 97 42 41
luce.jolivet@promotelec.com

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur