La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Matériel contrefait : attention danger !

Publié le 26 octobre 2022

Comme de nombreux secteurs d’activité, la filière électrique est victime de contrefaçon, un phénomène qui ne cesse de se développer, altérant la qualité de vos interventions. L’utilisation de produits copiés représente un danger pour une installation électrique : en effet, ces derniers ne répondent généralement pas aux normes de sécurité et marquages en vigueur. S’il est parfois difficile de les repérer, certains réflexes doivent vous aider à ne pas vous laisser abuser.

8 milliards d’euros perdus chaque année en France

Selon les estimations, le marché de la contrefaçon fait perdre, chaque année, près de huit milliards d’euros à l’économie française et presque 40 000 emplois. Des chiffres impressionnants, mais qui ne sont qu’un minimum, tant nombre d’annonces passent entre les mailles du filet.

Source : les échos 

En 2020, 5.64 millions de produits ont été saisis par les douanes françaises. Sur ces 5.64 millions de produits saisis :

  • 798 000 vêtements, chaussures et accessoires.
  • 473 000 jeux et jouets
  • 128 000 médicaments
  • Et 172 000 équipements électroniques, électriques et informatiques

Source : Douanes françaises 

 

Dans le secteur du matériel électrique, la contrefaçon est trop souvent synonyme de danger. Les produits copiés sont la plupart du temps de mauvaise qualité ou ne remplissent pas les fonctionnalités attendues, ils n'ont pas été conçus ni fabriqués avec les mêmes exigences et contraintes sécuritaires et légales que les originaux.

La qualité de votre prestation dépend non seulement de votre expertise et savoir-faire mais aussi du matériel que vous allez employer : installer un disjoncteur ou un tableau électrique contrefait peut nuire à l’ensemble de l’installation électrique et causer des accidents graves (court-circuit, choc électrique, incendie). Il est donc essentiel de veiller avec attention au choix des produits utilisés lors de vos interventions.

Les chiffres 2022 de l’ONSE (Observatoire national de la sécurité électrique)

85% : Pourcentage d’installations électriques de plus de 15 ans dans les logements qui comportent au moins une anomalie électrique

20 à 35 % : Pourcentage d’incendies d’habitation qui serait de source électrique

340000 : Nombre de déclarations de dommages électriques en moyenne par an

80000 : Nombre d’incendies d’habitations avec intervention des Sapeurs-Pompiers, en moyenne par an

Redoubler de vigilance quant à la sélection des produits ne vous protègera peut-être pas à chaque fois des pièges de la contrefaçon, mais cela vous permettra de réduire les mauvaises expériences et prévenir le risque d’accident ou de malfaçons.

Pour déceler les imitations, parfois à première vue très semblables aux originaux, certaines pistes peuvent vous aider, à commencer par la règlementation au travers des marquages /certifications indiqués sur le produit.

La NF C 15-100 impose que tous les matériels soient conformes à la norme européenne (EN) ou au document d’harmonisation (HD) approprié, ou encore à la norme nationale issue du HD.

« En l’absence de EN ou HD, les matériels doivent être conformes aux normes nationales appropriées. Dans tous les autres cas, il convient de faire référence à la norme CEI appropriée ou à la norme nationale appropriée d’un autre pays ».

La règlementation précise encore qu’à partir du moment où il n’existe pas de norme applicable à un matériel électrique, « le constructeur ou l’importateur doit pouvoir présenter un rapport établi par un organisme accrédité ».

Néanmoins, au royaume du faux, les marquages en tous genres sont facilement dupliqués. Pour éviter d’être floué, certaines habitudes doivent être adoptées :

- achetez votre matériel auprès de professionnels distribuant des produits de fabricants reconnus comme répondant aux normes (Hager, Legrand, Schneider Electric, etc.) ;

- vérifiez, autant que faire se peut, l’origine des produits (expéditeur, pays d’origine vs usines du fabricant) ;

- méfiez-vous et interrogez-vous sur les sites proposant des prix anormalement bas car les matériaux et process de qualité ont forcément un coût de revient minimum ;

- le produit en main, vérifiez qu’il soit certifié NF ou CE. Même si ces marquages sont de plus en plus usurpés, leur absence doit vous mettre en garde ;

- la qualité et l’aspect du produit peuvent vous aiguiller. Si les copies sont souvent bien réalisées, certains détails doivent vous alerter : logo, taille, poids, aspect général, finitions, les différences avec les originaux restent de bons indicateurs.

1) Source OCDE

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur