La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Habitat existant : les points clés à connaître sur les dispositifs à courant différentiel-résiduel (DDR) avant leur installation

Publié le 18 février 2022

Les dispositifs à courant différentiel-résiduel (DDR) font partie des éléments incontournables d’une installation électrique. Promotelec vous explique les points clés à considérer pour installer ces appareils.

Pour les installations électriques dans les bâtiments d’habitation neufs ou faisant l’objet d’une rénovation importante, la norme NF C 15-100, éditée par l’Afnor, fournit des règles de conception, de réalisation, de vérification et d’entretien des installations électriques à basse tension (tension inférieure ou égale à 1000 V en courant alternatif et 1500 V en courant continu). Les exigences mentionnées dans la norme NF C 15-100 visent à assurer :

  • la sécurité des personnes, des animaux domestiques et d’élevage et des biens ;
  • le bon fonctionnement des installations, compte tenu de l’utilisation prévue.

A ce jour, aucun texte réglementaire n’impose de mettre en conformité les installations électriques existantes avec la norme NF C 15-100 ; toutefois cette dernière constitue la référence en matière d’installation électrique basse tension et Promotelec recommande de s’y conformer quels que soient les travaux effectués.

La norme NF C 16-600 « État des installations électriques des parties privatives des locaux à usage d'habitation » a quant à elle pour objet de définir le contenu, la méthodologie et les modalités de réalisation de l'évaluation de l'état des installations électriques existantes des parties privatives des locaux à usage d'habitation, également appelé diagnostic électrique.

Dispositifs différentiels, comment ça marche ?

La protection contre les défauts à la terre doit être assurée par l’association d’au moins une protection différentielle, placée à l’origine de l’installation électrique, et d’une installation de mise à la terre.

Cette disposition vise à protéger contre les chocs électriques toute personne susceptible d’entrer en contact avec une masse métallique anormalement mise sous tension (protection en cas de défaut ou anciennement appelée protection contre les contacts indirects).

L’alimentation du circuit sur lequel est branché le matériel concerné est alors coupée automatiquement.

Sensibilité du dispositif différentiel (IΔn) à l’origine de l’installation

La sensibilité de la protection différentielle (disjoncteur différentiel) doit être appropriée à la résistance de la prise de terre selon les valeurs suivantes :

 

Protection complémentaire par DDR à haute sensibilité (IΔn ≤ 30 mA)

Le DDR à haute sensibilité ( ≤ 30 mA) permet d’assurer la protection contre les contacts directs et, en cas de défaillance de la mise à la terre, contre les indirects. La protection par ces DDR peut être assurée individuellement pour chaque circuit ou peut être commune à plusieurs circuits.

Pour assurer la continuité de service de l’installation électrique, il est recommandé de :

  • limiter le nombre de circuits protégés par un même dispositif différentiel (voir les règles de la NF C 15-100) ;
  • utiliser des matériels de la classe II ;
  • alimenter individuellement chaque matériel ou socle de prise de courant par l’intermédiaire d’un transformateur de séparation des circuits.

Quel type de DDR choisir ?

Les différents types de DDR sont détaillés comme suit :

DDR type AC

Il protège contre les courants de défauts alternatifs sinusoïdaux qu’ils soient brusquement appliqués ou qu’ils augmentent lentement. Il permet de protéger les équipements avec charges résistives, capacitives, inductives pour applications d’usage général.

Par exemple :

- Chauffage électrique

- Chauffe-eau

- Four

- Lave-vaisselle

- Eclairage

- Prise de courant pour circuit non spécialisé.

-Chaudière en résidentiel

-Equipement de classe II tels que micro-informatique, TV, HiFi, Vidéo, etc…

DDR type A

Il protège contre les courants de défaut (qu’ils soient brusquement appliqués ou qu’ils augmentent lentement) comportant une composante alternative sinusoïdale (comme pour les types AC) et une composante continue pulsée ; c’est le cas particulier des défauts survenant sur les matériels de classe I comportant des redresseurs. Il permet de protéger les équipements pouvant générer des défauts mono-alternance.

Par exemple :

- Prises de courant pour circuit spécialisé : lave-linge,

- Cuisinière ou plaques de cuisson en monophasé

- Recharge de véhicule électrique

  • mode 1 et le mode 2 en monophasé
  • mode 3, associé à un dispositif qui assure la coupure de l’alimentation lorsque le courant de défaut en continu est supérieur à 6 mA

-Moteurs et machines de fabrication

-Installation PV sans stockage monophasé ou triphasé avec simple isolation

DDR type F

Il protège contre les courants de défauts mentionnés pour le type A et en complément en cas de :

  • courants différentiels-résiduels composés, qu’ils soient appliqués soudainement ou croissant lentement, pour un circuit alimenté entre phase et neutre ou entre phase et conducteur milieu mis à la terre ;
  • courants différentiels-résiduels continus pulsés superposés sur un courant continu lissé.

Il est particulièrement adapté pour protéger les équipements avec variateur de vitesse en fréquence.

Par exemple

-Piscines (pompes)

DDR type B

Il protège contre les courants de défaut mentionnés pour les types F et en complément en cas de :

  • courants différentiels-résiduels alternatifs sinusoïdaux jusqu’à 1 000 Hz ;
  • courants différentiels-résiduels alternatifs superposés sur un courant continu lissé ;
  • courants différentiels-résiduels continus pulsés superposés sur un courant continu lissé ;
  • courants différentiels-résiduels continus pulsés redressés issus d’une ou plusieurs phases ;
  • courants différentiels-résiduels continus lissés, qu’ils soient appliqués soudainement ou augmentés lentement indépendamment de la polarité.

Il permet de protéger les équipements avec pont redresseur triphasé double alternance ou convertisseur de fréquence.

Par exemple

-Recharge de véhicule électrique :

  • mode 1 et mode 2 en polyphasé
  • mode 3

-installation PV avec stockage en triphasé

Selon les normes produits correspondantes, les différents types de DDR doivent avoir les marquages spécifiques suivants :

Quel calibre de courant nominal choisir

Le courant assigné du DDR assurant la coupure de l’ensemble de l’installation électrique dépend du type du disjoncteur de branchement (voir tableau suivant) et doit être au moins égal au courant assigné de celui-ci.

Le calibre des autres DDR de l’installation dépend de la valeur du calibre de l’appareil général de commande et de protection (AGCP). Il peut néanmoins changer en fonction de l’installation et du nombre d’appareils positionnés. Pour cela, trois situations sont distinguées :

Situation 1 : un ou plusieurs interrupteur(s) différentiel(s) protège(nt) l’ensemble de l’installation électrique

Situation 2 : le dispositif différentiel est dédié aux circuits des socles de prise de courant et aux circuits des locaux contenant une baignoire ou une douche

Situation 3 : le dispositif différentiel protège une seule partie de l’installation électrique, à l’exception des équipements prévus dans la situation 2

Son calibre doit être au moins égal au calibre du dispositif de protection contre les surintensités positionné en amont ou être au moins égal à la somme des calibres des dispositifs de protection installés en aval.

Vérification de l’installation

Après installation, il est recommandé d’utiliser le bouton test du DDR pour s’assurer de son fonctionnement correct.

Ensuite, il est recommandé de tester les DDR périodiquement, avec une périodicité en accord avec les recommandations des constructeurs. En cas d’absence d’information du constructeur, un test tous les 6 mois  est recommandé.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur