La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Électricité : comment se protéger des contacts indirects ?

Publié le 30 novembre 2021

Le contact indirect avec un appareil électrique sous tension est l’un des risques électriques les plus répandus, et peut avoir des conséquences graves, telles que l’électrocution ou l’électrisation. Dans cet article, Promotelec vous explique les règles à respecter pour assurer la protection contre les contacts indirects.

Qu’est-ce qu’un contact indirect ?

Un contact indirect est un contact avec l’enveloppe métallique d’un appareil électrique, appelée « masse », mise sous tension accidentellement à la suite d’une défaillance de son isolation. C’est par exemple, le contact avec une armoire métallique, un lave-vaisselle, un sèche linge ou une machine à laver, non relié à la terre et dont l’équipement électrique qu’elle contient présente un défaut d’isolement.

Un contact direct est un contact avec des parties conductrices destinées à être sous tension. C’est par exemple, le contact avec une partie conductrice d’une borne de raccordement, avec l’âme d’un conducteur dénudé.

Les contacts directs et indirects provoquent des électrisations (passage du courant électrique dans le corps) pouvant provoquer des blessures plus ou moins graves (brûlures, troubles cardiaques, lésions d’organes) et des électrocutions (électrisation entraînant un décès).

Les mesures pour se protéger des contacts indirects

La coupure automatique de l’alimentation

La mesure de protection par coupure automatique de l’alimentation est basée sur l’association des deux conditions :

- la constitution d’une boucle de défaut permettant la circulation d’un courant de défaut : cette boucle de défaut nécessite la mise en œuvre de conducteurs de protection reliant les masses des matériels électriques soit à une prise de terre, soit au point neutre de l’alimentation ;

- la coupure de courant de défaut par un dispositif de protection dans un temps compatible avec la sécurité des personnes.

L’emploi de matériels de classe II ou le recours d’une isolation supplémentaire lors de l’installation

L’utilisation de matériels de la classe II constitue une mesure de protection contre les contacts indirects.

C’est la raison pour laquelle les parties accessibles de ces matériels ne doivent pas être reliées au conducteur de protection de la canalisation qui l’alimente : ce conducteur de protection doit être laissé en attente de façon à être utilisé si le matériel de classe II est remplacé ultérieurement par un matériel de classe I.

Exemple de matériels de classe II

- certains luminaires ;

- les radiateurs électriques ;

- les appareils électrodomestiques à moteur (aspirateurs, cireuses…) ;

- les transformateurs de sécurité et de séparation mobiles.

L’emploi de la très basse tension

La très basse tension de sécurité (TBTS), ou de protection (TBTP), correspond à une tension inférieure à 50 V en courant alternatif ou à 120 V en courant continu. Elle met en œuvre une source qui rend improbable tout défaut entre le circuit primaire (BT) et le circuit secondaire (TBT). La TBTS constitue ainsi une mesure de protection contre les contacts indirects.

Cette source, qui peut être un transformateur ou un convertisseur, est dite « de sécurité » : elle s’identifie grâce à un pictogramme particulier apposé sur le matériel. Transformateurs et convertisseurs doivent comporter un dispositif de protection incorporé qui ouvre le circuit en cas de surintensité.

L’utilisation de dispositifs différentiels à haute sensibilité (≤30 mA)

L’utilisation de dispositifs différentiels à haute sensibilité permet d’assurer non seulement la protection contre les contacts indirects, mais aussi une protection complémentaire contre les contacts directs.

La puissance de l’interrupteur différentiel doit être au moins supérieure à la valeur nominale du disjoncteur de branchement.

Pour plus d’informations sur les dispositifs différentiels résiduels, consultez notre dossier technique

 

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur