La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Comment protéger une installation électrique contre les défauts d’arc ?

Publié le 26 février 2018 - Modifié le 17 avril 2018

Après avoir expliqué l’importance que peut avoir le disjoncteur différentiel dans la sécurisation d’une installation électrique, Promotelec vous parle aujourd’hui d’une autre solution efficace pour diminuer le risque électrique : les dispositifs pour la détection de défauts d’arcs (DPDA).

Une solution pour lutter contre les incendies d’origine électrique

En France, 50 000 incendies d’origine électrique ont lieu chaque année (1). La cause de ces incendies est multiple : 61 % sont notamment liés aux équipements électriques, quand 36 % sont liés aux installations fixes ou mobiles.

Une mise à la terre défectueuse, une surcharge ou encore une mauvaise isolation des fils électriques sont des éléments qui peuvent déclencher ce type d’accidents, tout comme l’apparition d’arcs électriques dans les câbles et  les connexions.

La présence d’arcs électriques dangereux dans une installation peut en effet avoir des conséquences très graves sur le matériel et sur les personnes exposées.

Qu’est-ce qu’un arc électrique ?

Un arc électrique se produit lorsqu’un courant électrique se propage dans un milieu isolant, comme l’air, à cause de la ionisation de ses composants. Ce phénomène se traduit par l’apparition d’éclairs visibles à l’œil nu.

Tous les arcs électriques ne sont pas dangereux. Certains d’entre eux sont le résultat d’un fonctionnement normal du circuit électrique, comme les arcs créés par les interrupteurs par exemple.

L’électricité que dégage un arc électrique libère une grande quantité d’énergie thermique qui, en plus de faire fondre les équipements électriques, peut causer des blessures humaines importantes. Au-delà de la menace d’incendie, le risque d’électrisation est également multiplié.

Une solution qui complète l’utilisation des dispositifs différentiels

Aujourd’hui, le respect des normes de sécurité électrique en vigueur ne permet pas de se prémunir totalement des arcs électriques. Lors d’une rénovation et pour protéger une installation du risque que représente ce phénomène, il est donc conseillé d’équiper le tableau électrique d’un ou plusieurs DPDA, appelé plus simplement « détecteurs d’arc ».

Cet appareil se place dans le tableau électrique et assure un contrôle continu du circuit terminal protégé afin de repérer les arcs électriques anormaux. Assorti d’un système de coupure d’alimentation du circuit, le DPDA est alors en mesure de couper, si besoin, le courant pour empêcher un éventuel départ de flamme.

Les dispositifs différentiels n’assurant pas de protection contre les arcs électriques, le recours aux DPDA s’impose comme une façon efficace de renforcer la sécurité d’une installation électrique.  Leur utilisation est particulièrement recommandée dans les bâtiments résidentiels pour protéger les circuits des prises électriques des chambres et des salons.

Quelle règlementation ?

En 2013, la norme internationale CEI 62606 a posé le cadre de définition des détecteurs d’arcs. Cette réglementation a ensuite donné place à la norme française NF EN 6206 qui régit désormais l’utilisation de ces dispositifs.

Pour avoir plus d’informations sur le fonctionnement des DPDA, procurez-vous « L’Officiel de l’Électricité 2 : Installations électriques bâtiments d’habitation existants », dans lequel vous retrouverez une partie spéciale consacrée aux détecteurs d’arcs.

1) Source : ONSE 2017

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur