La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Ce qu’il faut savoir sur l’éclairage de sécurité dans les bâtiments d’habitation

Publié le 30 avril 2020

Entre explications réglementaires et conseils techniques, Promotelec vous explique tout ce que vous devez savoir pour installer un éclairage de sécurité dans un bâtiment d’habitation.

Quelques notions sur l'éclairage électrique d'un bâtiment

L’éclairage électrique fait partie des équipements essentiels à la bonne exploitation d’un bâtiment.  Pour cela, il existe trois types d’éclairage :

  • l’éclairage normal, obligatoire et alimenté par le réseau d’alimentation électrique ;
  • l’éclairage de remplacement, qui permet de maintenir l’exploitation du bâtiment en cas de coupure de l’éclairage normal ;
  • l’éclairage de sécurité, qui permet d’évacuer les personnes du bâtiment en cas de coupure de l’éclairage normal et de remplacement.

La réglementation (1) impose que l'éclairage de sécurité soit en veille pendant l'exploitation de l'établissement. En cas de panne de l'éclairage normal/remplacement, l'éclairage de sécurité doit être  alimenté par une source de sécurité d’une autonomie d’au moins une heure.

Il existe deux types de technologies d’alimentation des blocs d’éclairage de sécurité : les blocs autonomes que l'on retrouve dans les bâtiments d'habitation, et la source centralisée, obligatoire des les établissements recevant du public (ERP).

Les blocs autonomes sont équipés d’une batterie pour fonctionner sans recourir au réseau électrique d’alimentation. Il existe trois sortes de blocs autonomes : les blocs autonomes d'éclairage de sécurité (BAES) d'évacuation, les blocs autonomes d'éclairage de sécurité (BAES) d'ambiance, ainsi que les blocs autonomes d'éclairage de sécurité pour habitation (BAEH).

Les obligations d’éclairage pour les bâtiments d’habitation

Dans l’habitat, les règles pour l’éclairage de sécurité sont définies par l’arrêté du 31 janvier 1986 relatif à la protection contre l'incendie des bâtiments d'habitation.

Ces règles s’appliquent aux immeubles d'habitation, y compris les logements-foyers dont le plancher du logement le plus haut est, au plus, à 50 m au-dessus du sol, accessible aux engins des services publics de secours et de lutte contre l'incendie.

Les exigences d’éclairage de sécurité varient selon le classement des bâtiments :

Zoom sur les blocs autonomes

Les blocs autonomes doivent être conformes à la norme européenne NF EN 60598.2.22 et aux normes françaises NFC 71-800 / 801/ 805. La marque NF AEAS permet de garantir la conformité des équipements avec les normes en vigueur.

Les blocs autonomes utilisés pour l'éclairage d'évacuation peuvent être (3) :

  • à fluorescence de type permanent ;
  • à incandescence (blocs à phares) ;
  • non permanent à fluorescence équipé d'un système automatique de test intégré (SATI, système conforme à la norme NF C 71‐820 {mai 1999}) ;
  • à diode électroluminescente (ou autres sources lumineuses) équipé d'un système SATI.

Les blocs autonomes utilisés pour I ‘éclairage d'ambiance ou anti‐panique peuvent être (4) :

  • à fluorescence de type non permanent ;
  • à incandescence ;
  • à diodes électroluminescentes.

Les BAEH sont les blocs autonomes qui doivent être installés dans les bâtiments d’habitation. Ils ont une autonomie de cinq heures, contrairement aux BAES qui ont une autonomie d’une heure. Les BAEH viennent compléter les BAES dans les locaux destinés au sommeil.

Comment installer les blocs autonomes ?

Les câbles ou conducteurs d'alimentation et de commande pour les BAES doivent être non propagateurs de flamme, de la catégorie C2, selon la classification et les modalités d'attestation de conformité définies dans l'arrêté du 21 juillet 1994.

La dérivation électrique qui alimente un bloc autonome doit être issue d'une dérivation prise en aval du dispositif de protection et en amont du dispositif de commande de l'éclairage normal du local ou du dégagement où est installé ce bloc (5).

Pour les BAES

Les BAES d’évacuation doivent être espacés de 15 mètres maximum.

Les BAES d’ambiance doivent être séparés par une distance maximale égale à quatre fois la hauteur d’installation au-dessus du sol, une exigence qui prévaut pour un minimum de deux blocs.

Pour les BAEH

Un BAEH doit être installé à chaque étage et palier d’un immeuble, dans les sas, les circulations et dégagements ainsi que les couloirs obscurs.

1) Art. 7 du Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public.

3) At. EC12 §4 du Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public.

4) Art.  EC12 §5 du Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public.

5) Art. EC12 §3 du Règlement de sécurité contre l'incendie relatif aux établissements recevant du public.

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur