La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Cave, garage… quelles sont les règles pour réussir l’installation électrique des dépendances ?

Publié le 20 septembre 2018

L’alimentation électrique des parties privatives extérieures d’un logement doit respecter certaines dispositions définies par la norme NF C 15-100. Promotelec vous explique la marche à suivre.

Raccordement, protection, section de câble, les règles sont nombreuses…

Aménager une dépendance pour y installer un éclairage ou des prises de courant passe par la mise en place d’un système d’alimentation électrique qui permettra de profiter pleinement de cette pièce supplémentaire.

Qu’il s’agisse d’aménager une cave, un box ou encore un garage, les circuits desservant ces dépendances doivent être raccordés au tableau des services généraux d’où proviennent les circuits terminaux ou raccordés au tableau de répartition du logement.

La canalisation issue de l’installation privative doit être protégée par un dispositif différentiel à haute sensibilité (≤ 30 mA).

Dans l’existant, lors d’une rénovation, la section des conducteurs de cette canalisation doit être au moins égale à 1,5 mm2. Dans le neuf, la section doit être d’au moins 2,5 mm2. Il est important de respecter la chute de tension suivant le courant assigné et sa longueur.

>> Pour avoir davantage d’informations sur le choix de la section de câble, consultez notre article Raccordement entre le disjoncteur de branchement et le tableau de répartition : quelle section de câble faut-il adopter ? (cuivre ou aluminium)

La canalisation doit disposer d’une isolation double ou renforcée ou équivalente, par rapport aux circuits électriques et aux masses des autres installations électriques.

Réaliser une dérivation sur une canalisation privative en partie commune n’est pas autorisée. La dérivation doit donc être prévue soit dans l’appartement, soit dans les dépendances.

La (ou les) canalisation(s) issue(s) d’une installation privative alimentant une cave ou un box doivent être rassemblées à l’intérieur de la gaine technique des services généraux sur un cheminement spécifique. Elles sont repérées au niveau des pénétrations dans le logement et la cave ou le box afin de signaler que la coupure de ces circuits est à l’intérieur du logement.

Le circuit doit être équipé d’un voyant de présence de tension situé sur le tableau de distribution de l’installation du logement.

Cas particuliers

Cas des locaux humides

Dans un environnement humide (buanderie, lingerie, etc.), les matériels utilisés doivent être dotés d’une protection spéciale contre les chutes verticales d’eau, avec un indice IPX1.

Cas des locaux annexes

L’alimentation électrique d’un local non attenant à la maison (cabane de jardin, atelier, garage de jardin) ne nécessite pas la pose d’un nouveau compteur. Elle passe par l’utilisation d’un câble enterré entre le tableau de répartition principal du logement et le local en question.

Cas de la prise de terre d’un local extérieur

Pour alimenter une dépendance en électricité en toute sécurité, la mise à la terre doit être réalisée correctement. Installer la prise de terre d’un local extérieur peut se faire alors de deux manières :

  • ramener la terre du logement principal en passant un conducteur de protection avec le câble d’alimentation électrique ;
  • créer une nouvelle prise de terre au niveau du local.

Cas des matériels installés en extérieur

L’ensemble des matériels situés en extérieur du bâtiment (éclairage, prises de courant), doivent présenter une protection contre les projections d’eau : indice IP24 ou IP25.

Pour en savoir plus sur les règles de sécurité concernant l’éclairage extérieur, consultez notre article Eclairage : dans quel cas peut-on utiliser une douille à la place d’un DCL ?

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur