La seule association à but non lucratif engagée pour plus de confort et de bon sens dans l’habitat.

Tout ce qu’il faut savoir pour bien comprendre les habilitations électriques

Publié le 23 mai 2019

Le travail d’un installateur n’est pas sans risque et pour éviter les accidents d’origine électrique, l’obtention d’une habilitation électrique est obligatoire pour réaliser certaines interventions. Délivrée par l’employeur, elle lui permet de reconnaître la capacité d’une personne à accomplir les tâches qui lui sont attribuées en toute sécurité. Promotelec vous éclaire sur les différentes habilitations en vigueur.

Se protéger du risque électrique

Malgré une baisse continue depuis plus de dix ans du nombre d’accidents du travail (AT) dans le BTP (33,4 AT pour 1 000 salariés étaient recensés par l’Assurance maladie en 2017, contre 43 AT pour 1 000 salariés en 2002), leur gravité reste un point d’alerte qui nécessite la mise en place d’actions de prévention pour garantir la sécurité des professionnels sur le terrain, et plus particulièrement dans le secteur électrique où les accidents sont généralement plus graves que dans les autres métiers du bâtiment.

D’après l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS), les accidents d’origine électrique sont en effet dix fois plus souvent mortels que les accidents de travail survenus dans les autres secteurs d’activité.

Pour se prémunir du risque électrique, les dispositions du Code du travail (R.4544.9, R.4544.10) et la norme NF C 18-510 imposent aux travailleurs intervenant dans un environnement électrique d’obtenir une habilitation électrique pour réaliser certaines opérations.

L’employeur a alors la responsabilité de former et d’habiliter ses équipes. Cette procédure doit lui permettre de s’assurer de l’adéquation des compétences du salarié au poste de travail tenu, et de sa capacité à prendre les mesures nécessaires pour effectuer sa mission en toute sécurité.

Comment s’y retrouver ?

Le nombre important d’habilitations électriques, auquel s’ajoute pour chacune d’elles une désignation par sigle distincte, sont autant de facteurs susceptibles de créer la confusion chez l’employeur lorsqu’il s’agit de remplir ses obligations de prévention à l’égard des salariés.

Pour savoir quelle habilitation choisir selon l’activité en question, il est nécessaire de comprendre leur désignation composée de plusieurs caractères :

- > La première lettre désigne le domaine de tension sur lequel le salarié est autorisé à travailler :

B : installation basse tension

H : installation haute tension

- >Le deuxième caractère correspond à la nature des opérations visées par l’habilitation du salarié :

0 : travaux d’ordre non électrique

1 : travaux d’ordre électrique

2 : chargé de travaux d’ordre électrique

C : chargé de consignation

R : chargé d’interventions générales (uniquement en BT)

S : chargé d’interventions élémentaires (uniquement en BT)

P : opérations sur installations photovoltaïques

E : opérations spécifiques de 4 natures : Essais / Vérification / Mesurage / Manœuvre

(Essais peut également être associé aux habilitations B2V ou H2V).

-> Dans certains cas, la désignation de l’habilitation est complétée par un troisième caractère :

V : Travail au voisinage de pièces nues sous tension

T : Travail sous tension (TST)

N : Travaux de Nettoyage Sous Tension (NST)

X : Opérations spéciales définies par une instruction de sécurité.

Comment délivrer une habilitation électrique ?

L’employé ne peut être habilité qu’après avoir suivi une formation de préparation à l’habilitation correspondante aux tâches qui lui sont confiées. La durée de formation peut aller d’un à trois jours selon les habilitations. Elles sont valables uniquement sous la responsabilité de l’employeur demandeur.

La durée de validité d’une habilitation électrique est à définir par l’employeur, selon la nature des tâches effectuées par son salarié. La NF C 18-510 préconise néanmoins une formation dite de recyclage tous les trois ans, pour permettre à l’employeur de s’assurer du savoir-faire de ses effectifs et de le compléter si nécessaire.

Au-delà de cette formation de recyclage, l’employeur est tenu de réaliser un suivi annuel du niveau des habilitations électriques délivrées à ses salariés.

Pour avoir davantage d’informations sur les habilitations électriques, rendez-vous sur le site de l’INRS

 

Votre navigateur est obsolète

Pour accéder à ce site, vous devez mettre à jour votre navigateur